De jeunes volontaires européens au Centre national

Du 22 au 27 avril 2019, le Centre national d’ATD Quart Monde a poursuivi son rôle de lieu de formation en accueillant un regroupement européen de volontaires-permanents dans leur troisième année d’engagement.

Les temps de regroupements européens rythment la vie des jeunes volontaires durant les trois premières années de leur engagement. Ce sont des temps de formation et de recul sur l’action qui permettent de se retrouver avec des personnes qui vivent des étapes d’engagement similaires.

Cette 3ème année représente un moment important dans la vie d’un volontaire-permanent du fait qu’elle mène généralement à une première mission à l’étranger.

Le programme de formation à Treyvaux a été partagé entre des temps de découverte de l’action et de rencontres avec des membres du Mouvement ATD Quart Monde en Suisse ; et des temps dédiés à des questions plus personnelles liées à l’engagement.

C’est ainsi que les neuf jeunes volontaires – engagés avec des personnes qui vivent la pauvreté en France, Belgique, Irlande et aux Etats-Unis – ont eu la chance de rencontrer des militants, alliés ou volontaires qui ont une longue expérience au sein du Mouvement dans le pays. Ils ont aussi eu l’opportunité de rencontrer le dernier jour des jeunes de Suisse engagés avec le Mouvement.

Stage de découverte
En Suisse aussi, toute personne désireuse de se lier à d’autres pour enrichir le monde d’engagements innovants face à la pauvreté est la bienvenue : stages de découverte du Volontariat-permanent ou Service civil sont possibles. Renseigne-toi : email hidden; JavaScript is required

Chacun de ces volontaires vit une réalité d’action et d’engagement qui lui est propre (de la présence par l’habitat, dans un hôtel social de Paris, à la représentation aux Nations-Unies à New York). « La nature des liens que nous créons pour faire face aux violences de la misère et pour sortir du silence » a été au cœur du questionnement de la semaine. Ceci avec comme point d’appui le film « que sommes-nous devenus ».

Petit à petit, au cœur de cette interrogation sur les liens, est apparue la question de la transmission (de l’information mais aussi de l’histoire du Mouvement).

La semaine a également été rythmée par des temps informels, qui ont permis de se retrouver et d’échanger de façon plus libre autour d’un chantier ou d’une balade en montagne.

Ce temps de regroupement a montré la nécessité et l’utilité de prendre du recul sur l’action et d’approfondir la connaissance du Mouvement. A la fin, les jeunes volontaires sont repartis reboostés dans leur engagement, avec des idées nouvelles.

Pierre Zanger