Faire de la crise du coronavirus une chance pour des changements durables

De nombreuses actions de solidarité matérielle à court terme ont vu le jour pendant cette crise. Il est également important de réfléchir à des formes de solidarité à long terme donnant place au savoir des personnes touchées par la pauvreté et garantissant une existence digne pour tous.

A l’initiative d’ATD Quart Monde et d’AvenirSocial,

(Association professionnelle du travail social), 28 organisations engagées dans la prévention et la lutte contre la pauvreté ont publié une prise de position commune. Ils y ont décrit les difficultés supplémentaires, liées à la crise du coronavirus, auxquelles les personnes déjà touchées par la pauvreté et l’exclusion sociale devaient faire face. En plus de revendications concrètes, ils ont signalé que pour beaucoup de personnes la crise était une réalité permanente et demandait des solutions à long terme, devant être élaborées avec des personnes ayant l’expérience de la pauvreté. Cette prise de position a été largement reprise par les médias papiers et numériques en Suisse allemande et romande. Cela a permis à des militants d’ATD Quart Monde de pouvoir s’exprimer à la radio pour faire connaître leur vécu en ce temps difficile. Beaucoup de réactions positives nous sont parvenues et nous avons appris par des politiciens, au niveau national, que des démarches au Parlement se sont référées à notre communiqué.

La source, pour une partie considérable du contenu de cette prise de position, a été notre « action de solidarité » par laquelle des membres du Mouvement, militants, amis et petites associations ont pu relater comment ils sont touchés, eux et leur entourage, par la crise du coronavirus et quelles stratégies de résistance ils développent.

Cette situation exceptionnelle de crise met en lumière des inégalités déjà existantes et démontre d’autant plus ce qu’est une crise durable pour beaucoup de personnes. Elle peut donc également être une chance : de même que les gens se rapprochent et créent de nouvelles pistes de solidarité, des exemples de diverses régions de Suisse et de l’international témoignent que des organisations, elles aussi, s’unissent et s’engagent pour des intérêts communs.

ATD Quart Monde aussi tente, partout où il est possible, d‘unir ses forces à d’autres afin de contribuer, maintenant et dans la durée, aux changements nécessaires pour pouvoir combattre la pauvreté en Suisse. 

Cette crise peut offrir plus que jamais l’opportunité de pointer du doigt des failles au niveau structurel et les changements nécessaires pour que les personnes touchées par la pauvreté soient reconnues et soutenues comme acteurs à part entière dans leur combat quotidien et particulièrement dans leurs interactions avec les institutions. Le projet de recherche participative « Pauvreté-Identité-Société » (2019-2021) que le Mouvement ATD Quart Monde mène avec le soutien du Département fédéral de la Justice s’y rapporte et, au regard des conséquences sociales et économiques de la pandémie, est d’une grande actualité. Le projet veut permettre de mieux comprendre le rapport entre société, institutions et personnes vivant la pauvreté pour en tirer des enseignements et contribuer à ce que la pauvreté ne se répète plus de génération en génération – ni dans des moments de crise. 

Avec la prise en compte des divers types de savoirs et de perspectives, des partenariats aux niveaux politique, institutionnel et académique peuvent être créés, avec pour objectif que ce savoir émancipateur élaboré en commun soit réellement reconnu – et ainsi puisse conduire à des changements durables en politique et dans la société. 

Michael Zeier