Le Groupe du Jura : trois carnets de bord racontent 30 ans d’alliance

Le Groupe du Jura

Cécile Monnat témoigne.

La rencontre avec ATD Quart Monde

J’ai connu ATD en 1967, à l’âge de 23 ans. Je voulais me confronter à un autre milieu que le mien et j’ai entendu l’Appel du Père Joseph Wresinski lancé aux jeunes pour rejoindre des familles laissées pour compte dans les cités d’urgence autour de Paris. A mon arrivée à Pierrelay, c’est d’abord le Père Joseph qui nous a initiés, puis j’ai poursuivi avec trois semaines à la Cité de la Cerisaie. Je suis rentrée en Suisse profondément marquée, déboussolée. D’ailleurs mon papa avait peur que je m’engage comme volontaire ! Puis non, je suis restée enseignante, me suis mariée, ai eu des enfants. Ces années-là, mon lien avec ATD était le journal Information Quart Monde. Il me suffisait de le lire pour me replonger dans la réalité des familles que j’avais connues.

Puis, en 1979, j’ai rencontré Marie-Madeleine (Mado) Prongué.* Elle était impliquée dans Tapori avec ses propres enfants. Nous avons décidé tout naturellement de créer un groupe d’alliées. Pour notre première réunion, au buffet de la gare de Porrentruy, vingt personnes étaient présentes. Six sont restées.

Je suis rentrée en Suisse profondément marquée, déboussolée.

Des actions à notre mesure

Dans un groupe d’alliés, chacune et chacun a des idées, des visions différentes et agit où elle et il se sent à l’aise. Comme j’étais dans la catéchèse, je connaissais des enseignantes et nous avons débuté par les écoles en faisant lire aux enfants La Boîte à musique. Plus récemment, j’ai proposé un livre d’ATD à mon groupe de lecture. Il a nourri nos réflexions pendant plusieurs mois. Aussi, quand l’auteur, Jean-Michel Defromont, est venu dans le Jura, il était émerveillé de se retrouver devant cent personnes, qui toutes avaient lu son livre ! Toujours autour des livres et des témoignages, nous avons invité Nelly Schenker et organisé plusieurs projections de Que sommes-nous devenus ? Le groupe s’est aussi impliqué dans la recherche de fonds pour la rénovation de la maison de Treyvaux et le spectacle Couleurs Cachées. Avec nos trois à quatre actions par an, nous essayons surtout de faire connaître ATD aux Jurassiens. Nous voulons qu’ils sachent qu’il existe un Mouvement qui met les pauvres au cœur de son action.

Avec nos trois à quatre actions par an, nous essayons surtout de faire connaître ATD aux Jurassiens. Nous voulons qu’ils sachent qu’il existe un Mouvement qui met les pauvres au cœur de son action.

Les carnets de bord, ou l’art de s’engager en conservant des traces dès 1987

A l’origine, c’était une idée de Mado. Nous étions imprégnées des paroles du Père Joseph. Il avait tellement répété qu’il fallait qu’on garde une trace de nos cheminements que, dès le début, nous avons rédigé des PV de nos rencontres. Puis en 1987, Bernard Prongué, le mari de Mado, historien, a réalisé une compilation de nos dix premières années d’engagement. Il a continué dix ans plus tard avec un deuxième carnet. Et je suis l’auteure du troisième qui retrace notre histoire récente. Ce carnet de bord a été distribué à une centaine de personnes de la région, parties prenantes de cette histoire, et déposé aux archives de la commune de Porrentruy. Pour nous, c’est très important qu’à l’échelle de la commune, de son histoire, on donne une place aux personnes qui vivent la grande pauvreté. Nous déposerons ensuite ce carnet de bord, comme les deux précédents, à Baillet-en-France, au Centre de mémoire et de recherche Joseph Wresinski. C’est notre acte d’alliance.

Après des années d’animation de ce groupe d’allié·e·s, Cécile Monnat a passé le relais à Audrey Chèvre : cette dernière appartient à la jeune génération qui a découvert l’histoire d’ATD dans le Jura grâce aux carnets de bord.

c’est très important qu’à l’échelle de la commune, de son histoire, on donne une place aux personnes qui vivent la grande pauvreté.

                                                                                               

Interview : Hélène Cassignol




*Longtemps députée au Parlement Jurassien, Marie-Madeleine Prongué (1939-2019) a aussi été conseillère aux Etats et, en 2009, a fait partie des créateurs de la Fondation ATD Quart Monde Suisse dont elle a été membre du comité jusqu’en 2017.