Message été 2020

Inventer la vie malgré tout

Dans les premiers jours de la crise du Coronavirus, Romain, volontaire permanent, rejoint des parents connus lors de l’action de Bibliothèque de rue à Genève.
Leurs quatre enfants ont été placés il y a peu de temps dans un nouveau foyer qu’ils ne connaissent pas. Garder les liens familiaux : comment installer une application sur leur smartphone qui permette cela dans les meilleures conditions ? « On a discuté. On a fait des essais ensemble. Quelle joie de découvrir le soir même en visioconférence le sourire du papa qui m’appelait pour m’avertir que tout avait bien fonctionné :

il avait pu parler avec ses enfants mais aussi pu les «voir». Son visage était détendu et lumineux». 

Créer des liens

Exister parmi les autres, prendre part à la recherche de bonnes solutions pour tous et contribuer aux efforts nécessaires pour les réaliser. Cette espérance des familles les plus touchées par la pauvreté s’inscrit dans un élan général de citoyens de tous horizons en marche chaque jour pour prendre soin les uns des autres.

Depuis deux jours, Jean-Marc ne dort pas de la nuit, confiné dans la caravane qu’il occupe été comme hiver. Plus d’accès à la télévision, son internet lui a été coupé. Un jeune volontaire fait le voyage pour l’aider à rétablir la connexion. Des dettes ayant bloqué le droit à un contrat à son nom, difficile dès lors de se faire reconnaître par l’opérateur. L’appel sera mis en attente, 5 minutes, 10 minutes puis interrompu ! La colère monte. Combien de fois Jean-Marc a fait comprendre que le langage de la pauvreté n’est pas un langage reconnu au sein des administrations et que de telles incompréhensions poussent les personnes dans un confinement continu, à devoir en permanence se justifier. 

Sortir du silence

Pour Dora à Bâle, seule chez elle, peut-être dans la peur. A cause de son téléphone en panne, impossible de l’atteindre durant plusieurs jours. Inquiets, des amis multiplient les essais : appels, lettres d’amitié sous la porte, etc. Finalement un nouveau téléphone permettra de renouer le lien.

Comment vont-ils?

Entre les membres du Mouvement, un témoin passe de main en main : penser à tous ceux qui ne se manifestent pas, des gens de silence que l’on oublie tellement vite ! Comment vont-ils ? Que vivent-ils ? Sait-on les rejoindre pour entendre leur parole et leur vision sur cette réalité, pour apprendre d’eux afin de surmonter cette crise tous ensemble ?

Rester proche des enfants

En cette période qui les déboussole, comment accueillir leur manière à eux d’inventer la vie malgré tout ? A Rorschach, inspirés par la campagne TAPORI, des enfants ont commencé à fabriquer des oiseaux messagers pour les envoyer de par le monde :

« J’espère que là où tu es, tu vas bien. Et si ce n’est pas facile, je voudrais que tu saches que moi et mon oiseau, nous t’accompagnons ».

L’espoir d’une grand-mère

Depuis sa fenêtre, une grand-maman laisse s’envoler ses pensées, tels les oiseaux qu’elle voit.

Car eux, ni les murs, ni les frontières ne les retiennent.
Ils sont de toutes les couleurs, 
comme les langues et les religions…
Et si c’étaient eux 
qui nous montraient le chemin
vers le monde de demain ?

Nelly, qui signe ces mots, n’a-t-elle pas sa vie durant repoussé des frontières en unissant tant de gens différents pour oser un monde libéré des injustices de la pauvreté ?

Remplis de cet espoir, nous nous tournons vers l’été pour y inventer des temps de rencontre, peut-être par petits groupes. Des temps de fête, de retrouvailles familiales, de création et de savoir partagé, nécessaires plus que jamais !

L’automne aussi nous attend : ne sera-t-il pas le temps de la moisson ?  Celle de toutes les nouvelles formes d’être et d’entreprendre solidairement dont le monde a tant besoin face aux incertitudes, inégalités et injustices qui persistent.

Avec votre soutien, nous nous engageons à garder ce cap, maintenant et pour longtemps.

Merci pour votre générosité !

Anne-Claire Brand
Coordination nationale