Le mouvement international

En 1956, Joseph Wresinski, prêtre français, entre dans le bidonville du Château-de-France à Noisy-le-Grand, un camp d’hébergement d’urgence près de Paris. Deux cent cinquante-deux familles y vivent, dans une situation de précarité et d’isolement extrême.« Les familles que j’ai rencontrées là-bas m’ont fait penser à la pauvreté de ma mère. Les enfants auraient pu être mes frères, ma sœur ou moi, quarante ans plus tôt ». Profondément choqué par ce qu’il découvre et faisant le lien avec sa propre histoire, il se fait la promesse « de faire gravir à ces familles les marches de l’Elysée, du Vatican, de l’ONU…

1957

Joseph Wresinski crée une association avec les familles du camp, « Aide à Toute Détresse », qui deviendra plus tard le Mouvement international ATD Quart Monde. Il fait appel à des amis dans la société, pour garantir l’existence de l’Association menacée à ses débuts. C’est ainsi que le rejoindront Mme Geneviève Anthonioz de Gaulle et d’autres personnes : ce sont les premiers « alliés ». lien page 07

Dans le même temps, des hommes et des femmes de différentes origines et croyances s’engagent à ses côtés et dans la durée avec les familles du Camp : ce sont les premiers « volontaires permanents » lien page 08 . Ensemble, ils créent le volontariat permanent, un engagement à temps plein et à long terme aux côtés des familles les plus exclues.

1964

Les premiers volontaires permanent.e.s sont envoyé.e.s aux États-Unis pour travailler dans la communauté portoricaine sur la côte est de Manhattan.

1965 

Création de l’association suisse Aide à Toute détresse (devenue plus tard Agir Tous pour la Dignité) et ouverture d’un secrétariat permanent à Berne.

Les premiers volontaires permanents suisses qui ont rejoint le bidonville de Noisy-le-Grand retournent en Suisse pour y bâtir le Mouvement ATD Quart Monde.

1979

ATD Quart Monde s’implante à l’Île de la Réunion, au Guatemala et en Thaïlande.

1981

Une première implantation voit le jour en Afrique avec des volontaires arrivant au Burkina Faso, et un an plus tard au Sénégal.

Le premier séminaire du « Forum permanent Africain sur l’extrême pauvreté dans le monde » permet aux membres d’échanger et de se soutenir dans leur combat.

1982

Pour le 25ème anniversaire du Mouvement ATD Quart Monde, un rassemblement public « Pleins droits pour tous les Hommes » est organisé à Bruxelles. Les participants lancent une pétition demandant aux Nations Unies de reconnaître la misère comme une violation des droits de l’Homme. Cette pétition marque le début du combat public d’ATD Quart Monde pour que la lutte contre la misère soit menée sous l’angle des droits humains dans leur ensemble.

1984

Parution du livre « Des Suisses sans nom » qui révèle une Suisse méconnue où la misère vit exclue et les personnes la subissant demeurent sans droit d’exister dans l’un des pays les plus riches.

1987

Le Conseil Économique et Social de la France vote le rapport « Grande pauvreté et précarité économique et sociale » dont Joseph Wresinski est le rapporteur. Ce rapport affirme que la misère est une violation des Droits de l’Homme, qu’il faut mener une action globale, cohérente et prospective pour la détruire et qu’il est incontournable de considérer les personnes vivant dans la grande pauvreté comme partenaires.

17 Octobre 1987

En présence de 100 000 défenseur.e.s des droits humains rassemblé.e.s sur le Parvis où a été signé en 1948 la déclaration des Droits de l’Homme à Paris, une dalle est inaugurée sur la place du Trocadéro en l’honneur des victimes de la faim, de la violence et de l’ignorance : « Là où des Hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’Homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré.  »

1988

Décès du fondateur Joseph Wresinski

1989

300 délégués des familles vivant dans l’extrême pauvreté rencontrent le pape Jean-Paul II au Vatican.

1992

L’Assemblée générale des Nations Unies reconnaît officiellement le 17 Octobre « Journée mondiale du refus de la misère ». Depuis, des commémorations ont lieu chaque année dans le monde entier.

1994

Le deuxième congrès mondial des familles du Quart Monde à New York rassemble 300 délégués de 80 pays et un séminaire réunit des experts des Nations Unies sur les droits humains et des personnes vivant dans la pauvreté.

17 Octobre 1996

Une réplique de la dalle en l’honneur des victimes de la misère est inaugurée à New York, dans les jardins des Nations Unies, en présence du secrétaire général de l’ONU, M. Boutros Boutros Ghali.

1998

Une loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions est votée en France. Les personnes vivant dans la pauvreté ont été associées à son élaboration à travers les Universités populaires  (faire lien page 18.01) ; Geneviève de Gaulle Anthonioz, présidente d’ATD Quart Monde en France a porté ce projet de loi depuis sa présentation d’un rapport sur « l’évaluation des politiques de lutte contre la grande pauvreté », au Conseil Économique, Social et Environnemental français en 1995.

1999

Pour le Dixième anniversaire de la Convention des Droits de l’enfant adoptée en 1989, la branche enfance d’ATD Quart Monde (Tapori – voir www.tapori.org) organise une rencontre de 80 enfants venus du monde entier avec Mary Robinson, Haut Commissaire aux Droits de l’Homme, au Palais Wilson à Genève.

2002

Un plan national de lutte contre la pauvreté est adopté au Québec avec la mobilisation d’ATD Quart Monde et d’autres associations dans le cadre de l’application de la « Loi contre la pauvreté et l’exclusion sociale » adoptée à l’unanimité en décembre 2002.

2007

Inauguration à Baillet en France du Centre international Joseph Wresinski « Mémoire et recherche » qui a pour vocation de « recueillir l’histoire des très pauvres, de comprendre les causes de la misère et d’approfondir l’engagement de ceux qui la combattent ».

Inauguration du nouveau Centre national d’ATD Quart Monde Suisse à Treyvaux (Fribourg), terre d’identité pour les plus pauvres et  de construction d’un savoir émancipateur au bénéfice de tous.

2008

Au Guatemala, grâce à l’action des membres d’ATD Quart Monde dans le pays, le gouvernement national a voté une loi, garantissant la gratuité de l’école publique pour tous à partir de la rentrée 2009. Auparavant les familles devaient payer les frais d’inscription, d’uniformes et de manuels scolaires.

2009-2012

Travail d’expertise et de connaissance sur les liens entre « misère, violence et paix » qui a associé plus de mille personnes à travers le monde, avec cinq séminaires régionaux et un colloque international en janvier 2012 à Pierrelaye/France et à l’Unesco à Paris. Publication du rapport final «la misère est violence, rompre le silence, chercher la paix».

27 septembre 2012

Le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU a adopté les Principes « Directeurs Extrême Pauvreté et Droits de l’Homme » (lien sur un site pour informer). ATD Quart Monde a contribué à leur rédaction. Par cette adoption, les États membres du Conseil des droits de l’Homme ont affirmé que l’éradication de la misère est non seulement un devoir moral mais aussi une obligation légale correspondant à la législation internationale des droits de l’Homme.

2011 – 2013

ATD Quart Monde mène une « recherche action » associant 2000 participants originaires de 20 pays dont des personnes vivant dans la grande pauvreté, pour évaluer les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) fixés par les Nations Unies en 2000 et faire des propositions en vue des nouveaux objectifs pour l’après 2015. Les conclusions de cette recherche ont été présentées aux Nations Unies en juin 2013 et publiées dans le rapport « Pour un développement durable qui ne laisse personne de côté : le défi de l’après-2015 ».

2014 – 2015

ATD Quart Monde poursuit son action au niveau international pour un « développement durable qui n’oublie personne » et la mise en œuvre des « Principes Directeurs Extrême Pauvreté et Droits de l’Homme ».

2019 – 2023

Priorités d’ATD Quart Monde (flyer)

  1. Construire avec l’intelligence de tous, les savoirs indispensables pour relever les défis du monde
  2. Agir pour une éducation qui libère les potentiels de chacun
  3. Promouvoir une société respectueuses des personnes et de la terre, condition pour la paix
  4. Construire le Mouvement dans une perspective d’engagement durable