« Serrer les rangs » : Au temps du coronavirus, comment rester proches tout en gardant les distances ?

En effet, durant ces semaines beaucoup de gens ont serré les rangs, un peu, beaucoup. On voit le monde à travers les relations tissées. Beaucoup deviennent pensifs : quel paradoxe, tenir une distance de deux mètres entre nous et pourtant se rapprocher ! Les gestes qui sont évoqués ci-dessous en témoignent.

A Bâle, une jeune femme circule le soir à vélo dans le quartier de « la bibliothèque de rue en sommeil ». Elle veut s’assurer de comment vont les enfants là où l’infection de neuf personnes par le virus a semé la peur… 

Dans un parc municipal d’une autre ville, un homme garde le contact avec des personnes sans abri à qui tout le monde jette des regards méfiants … « Le regard posé sur les autres deviendra-t-il vraiment plus humain ou certains seront-ils d’autant plus jugés ? » 

Et tous ces appels téléphoniques passés  sans relâche : à une personne âgée qui se sent très seule dans son EMS, à une voisine qui ne peut plus voir ses enfants placés en foyer. On sait que cette séparation-là ne cause pas seulement une grande tristesse, mais peut conduire à la dépression sévère…

En Suisse centrale, une femme, malgré le fait que son ordinateur ait rendu l’âme, ne cesse d’écrire depuis chez elle à de nombreux amis et connaissances pour les encourager : « J’en suis à ma 83ème lettre ! »…

De sa vieille maison dans laquelle elle loge depuis longtemps des familles en précarité pour des loyers modestes, une maîtresse d’école enfantine à la retraite a organisé un réseau téléphonique pour rester proche des personnes à risque dans la commune…

Egalement à la retraite, Branka Goldstein, du syndicat de défense des bénéficiaires de l’aide sociale à Zurich, reste pourtant extrêmement proche des gens très angoissés  par la situation. Comme cette personne obligée de faire ses courses dans le shop d’une station- service et qui explique que c’est plus cher qu’ailleurs et que l’argent commence à manquer… « Et où je vais trouver l’argent pour le désinfectant et les masques de protection… ? »  Et comme cet homme, renvoyé de l’hôpital, qui seul n’aurait jamais eu l’audace de se battre pour sa santé…

Noldi Christen

Vous avez peut-être été témoin, vous aussi, de ces gestes « qui serrent les rangs ». N’hésitez pas à nous les communiquer.