Tableaux brûlés au Canada, repeints à Rorschach

« This is about history » (C’est l’Histoire), a dit Lorraine Anderson à Urs Kehl alors qu’il accrochait à une clôture ses tableaux réalisés dans le quartier, à l’occasion d’une exposition en plein air. Un incendie s’est déclaré le 21 février 2020 dans le « Learning and Innovation Community Centre » (Centre Communautaire d’Apprentissage et d’Innovation) que Lorraine dirige à Toronto et les deux peintures du Saint Gallois exposées là-bas ont brûlé. Elle en a informé l’artiste et lui a envoyé des photos des œuvres. Aujourd’hui, des habitants de Rorschach ont aidé l’artiste à repeindre ces deux tableaux, maintenant réunis en un seul.

Nui, une volontaire thaïlandaise d’ATD Quart Monde, voulait apprendre à mieux connaître la vie torontoise à travers une mission dans cette maison de quartier. Un après-midi par semaine, elle y a travaillé avec des enfants alors qu’Urs peignait dans ces mêmes rues, été comme hiver.

« Le tableau avec la maison jaune a été réalisé en hiver, avec la Painting-Box. (Une lampe à pétrole installée dans la caisse permet de peindre même par grand froid.) Et sur l’autre, il y a une supérette dirigée par un Indien. C’est là que les gens se réunissent et vont y faire leurs courses. »

Urs poursuit son récit : « Dans ce quartier, j’avais aussi exposé des tableaux. Nous avions suspendu de grandes étoffes et fixé par-dessus les fines plaques de bois peintes. Il y avait un atelier vidéo tout près pour les jeunes. Ils passaient et me posaient des questions : « Comment tu t’appelles ? D’où tu viens ? Pourquoi tu es ici? Tu n’as pas peur dans notre quartier ? ». J’ai été choqué qu’une jeune de 12 ans sache déjà que certaines personnes évitent cette zone parce qu’elles ont peur. Je n’ai jamais eu de problèmes là-bas. »

« Après l’incendie, la directrice du Community Center a envoyé des photos des deux tableaux à Rorschach. Comme ils étaient avant. Mais au lieu d’en faire à nouveau deux, je les ai peints ensemble sur une même toile. Une nouvelle version des œuvres s’imposait après l’incendie.
Et dans le coin inférieur gauche, j’ai peint avec une femme qui nous aide au centre. Elle a aussi écrit les textes des panneaux d’affichage devant le magasin. Du bon travail.

C’était super que d’autres personnes en plus d’elle aient participé. Mais retrouver les couleurs a pris du temps. Pour l’un des tableaux, j’avais dû travailler plusieurs fois dehors dans l’hiver canadien.
Quand j’étais à l’école d’art à Toronto, je ne pouvais plus me rendre dans ce quartier, car il était trop éloigné. Je n’avais pas beaucoup de temps et devais faire des travaux pour ma formation ».

J’y suis retourné après presque deux ans. C’est seulement à ce moment-là que j’ai réalisé l’effet que mes peintures avaient provoqué. Lorsque l’on peint, on ne remarque pas quelle influence ça pourrait avoir sur le quartier. J’ai été surpris d’être approché par des gens qui se souvenaient encore de moi. Mon activité signifiait quelque chose pour les habitants.

Une fois achevé, le tableau sera envoyé à Toronto. Et entre-temps, Urs a aussi commencé à peindre pour l’histoire de la Suisse orientale.

Peter Schäppi

Reportage sur l’incendie (entretien en anglais, texte et vidéo)
Article sur les activités d’Urs Kehl en Amérique du Nord

« Après l’incendie, la directrice du Community Center a envoyé des photos des deux tableaux à Rorschach. Comme ils étaient avant. Mais au lieu d’en faire à nouveau deux, je les ai peints ensemble sur une même toile. Une nouvelle version des œuvres s’imposait après l’incendie ».